PV de l’Assemblée générale du 25/01/20

L’an deux mille vingt, le 25 janvier à 15 heures, les adhérents de l’association Patrimoine, Mémoire et Histoire du Pays de Dieulefit se sont réunis en Assemblée Générale à effet de délibérer sur l’ordre du jour suivant :

  • rapport d’activité
  • rapport financier
  • renouvellement partiel du CA
  • projets et événements pour 2020
  • budget prévisionnel
  • questions diverses

Cinq procurations ont été enregistrées avant l’assemblée.

  1. Rapport d’activité 2019

Fondée en mars 2008 à Dieulefit, l’association Patrimoine, Mémoire et Histoire entre dans sa douzième année d’existence. L’occasion pour nous de rappeler ses objectifs : conserver le patrimoine dit « invisible », et en lien avec le patrimoine bâti et naturel, recueillir, sauvegarder et mettre en valeur les biens culturels qui fondent notre mémoire commune.
Le nombre d’adhérents était de 94 en 2017, 113 en 2018 et 115 en 2019.
La lettre d’informations de l’association est adressée par mèl à environ 400 personnes, adhérents, sympathisants et officiels.

Au cours de l’année 2019, PMH a organisé cinq événements majeurs :
Le 24 mai 2019, organisation de la journée de restitution à Izieu du projet Enfants réfugiés d’hier et d’aujourd’hui,
Du 8 au 26 août 2019, rétrospective Victor Ferdinand Bourgeois,
Les 20, 21 et 22 septembre 2019, exposition L’hôpital de Dieulefit, 150 ans d’histoire,
Le 6 octobre 2019 présentation du film Une vie d’Annette,
Les 8, 9 et 10 novembre 2019, cinquième Micro Festival sous le titre La guerre d’Algérie… Des mémoires plurielles

Le projet régional Enfants réfugiés d’hier et d’aujourd’hui, coordonné depuis 2016 par trois structures mémorielles de la région Auvergne-Rhône-Alpes (la Maison d’Izieu, Mémorial des enfants juifs exterminés, le lieu de Mémoire au Chambon-sur-Lignon et notre association PMH), vise à faire réfléchir les élèves sur les migrations d’aujourd’hui au regard de ce qui s’est passé hier, à solliciter les enfants francophones pour qu’ils accueillent et aident leurs camarades allophones.
Pour cette troisième session les établissements et classes engagés étaient le Collège Le Monteil de Monistrol-sur-Loire (classe de 4e, environ 27 élèves), le collège Aimé-Césaire de Vaulx-en-Velin (classe UP2A, environ 20 élèves).
Avant la journée de restitution les élèves allophones du collège Aimé-Césaire ont visité l’école de Beauvallon et appris à connaître son fonctionnement, partagé le repas avec les enfants de Beauvallon, et échangé avec eux sur leurs pays d’origine, leurs histoires.
La journée de restitution à Izieu a été un moment émouvant et juste avec de belles interventions des collégiens et beaucoup d’interactivité entre les groupes et le témoignage poignant de Samuel Pintel, ancien enfant d’Izieu.
À l’issue de cette troisième session, l’École de Beauvallon a été reconnue par Izieu et Le Chambon comme lieu historique de référence. Sa visite par une classe participant au projet obtient validation dans le parcours de la session. L’École de Beauvallon a accepté ce statut « historique » et l’accueil des futures classes en visite.

La rétrospective Victor Ferdinand Bourgeois a eu lieu pendant trois semaines à la Halle de Dieulefit, du 8 au 26 août. Elle a permis de retracer l’histoire de ce peintre naturaliste né en 1870 à Amiens et décédé en 1957 à Dieulefit après y avoir vécu 30 ans au travers de quatre panneaux sur sa vie et son œuvre et de faire découvrir une cinquantaine de tableaux provenant de collections privées. Mille-cinq-cents personnes ont visité cette exposition dont un peu plus de la moitié étaient en vacances dans la région, et une centaine de catalogues a été vendu pendant l’exposition.

L’exposition L’hôpital de Dieulefit, 150 ans d’histoire, réalisée en partenariat avec l’Hôpital de Montélimar, comprenait 11 panneaux retraçant les évolutions marquantes de son fonctionnement du XIXème siècle à nos jours et son rôle socio-économique dans le processus de médicalisation ; elle s’est déroulée les 20, 21 et 22 septembre à la Halle de Dieulefit, a été présentée ensuite pendant 4 semaines à l’hôpital de Dieulefit, et enfin a été proposée au personnel de l’hôpital de Montélimar jusqu’à la fin de l’année 2019.
Au cours des trois journées de présentation à la Halle, ont été proposées les conférences d’Edouard Couty Evolution des politiques publiques de l’Hôpital de 1945 à nos jours, de Cécilia Haas L’hôpital de Dieulefit et son insertion dans un groupement hospitalier de territoire, et d’Olivier Abel Prendre soin, de la naissance à la fin de vie, ainsi qu’une table ronde sur les petits hôpitaux animé par Bernard Delpal en présence de Dominique Dessertine, Christine Priotto, Aline Chizallet et Michel Faure. Les visiteurs ont aussi profité de la présentation d’objets, de photos, d’un poème, de documents réalisés par les résidents et le personnel de l’hôpital, du tableau de Jacques Pouchain, Champ de Mars de 1953 qui a illustré la couverture du livret retraçant cette exposition, ainsi que de la projection du documentaire « Dieulefit, l’hôpital comme chez soi », réalisé par l’Association Vidéos Val de Drôme.
Plus de 300 personnes ont visité cette exposition et près de 90 livrets ont été vendus pendant ces trois jours.

Le documentaire Une vie d’Annette de Nina et Denis Robert a été projeté le dimanche 6 octobre à la Halle en présence d’Anne Beaumanoir, l’héroïne de ce film. Environ 140 personnes ont assisté à cette projection et dialogué avec Anne sur sa vie pendant environ une heure.

Le 5ème micro festival du cinéma de Dieulefit s'est tenu à la Halle du 8 au 10 novembre 2019 sous le titre La guerre d’Algérie… Des mémoires plurielles. Que ces mémoires soient collectives ou individuelles, elles sont sollicitées de chaque côté de la Méditerranée, y compris dans leurs difficultés à se construire et à se transmettre. Mémoires françaises, mémoires algériennes et mémoires croisées ont constitué les trois thèmes des trois journées.
-Au cours de la première journée et après la projection du documentaire Porteur d’espoir, Anne Beaumanoir nous a expliqué le rôle joué par le réseau Jeanson dans son soutien au FLN, et les motivations de ses militants, avant la projection de la fiction L’ennemi intime.
-Après la projection du documentaire de la deuxième journée Des pleins de vide sur les Harkis, Fatiha Mellal, coréalisatrice, nous a expliqué le parcours de ses parents au travers de sa quête de vérité. Pascal Guyon nous a ensuite expliqué comment ce sujet était traité au collège et lycée. Enfin Mohammed Harbi nous a décrypté les luttes intestines au sein des mouvements de libération, aboutissant à la prise du pouvoir des militaires. Avant la présentation de la fiction Hors la loi, Salima Nehaoua nous a présenté son exposition de photos Visages d’une révolution.
-Le documentaire Mon père, la guerre d’Algérie et moi, en ouverture de la troisième journée, retrace le parcours des fils de… à la recherche de l’histoire de leurs pères. Ensuite, Ali Guenoun, jeune historien algérien travaillant en France nous a montré les difficultés de la recherche de la « vérité » historique dans le cadre d’une histoire officielle algérienne. Puis Mohammed Harbi nous a montré comment la sortie de la colonisation par la libération de l’Algérie, a entrainé le pays dans une dictature, des guerres fratricides, puis présenté les conditions qui permettraient à l’Algérie de trouver enfin un modèle démocratique adapté à son histoire.
Nous avons accueilli environ 90 personnes chaque jour.

Au cours de cette année 2019 PMH a aussi :
Imprimé 500 exemplaires du livre A Dieulefit, nul n’est étranger, ce qui représente un total de 1 800 exemplaires sur la période 2014-2019 de l’édition en français,
Soutenu la présentation du livre Résistances juives par Bernard Delpal à la Librairie Sauts et Gambades,
Présenté l’exposition L’année 44 à la Bégude de Mazenc et accueilli 60 enfants et 60 adultes pendant les trois jours d’exposition,
Organisé à Eurre dans le cadre de Voix d’Exils, avec le CPA (Centre du patrimoine Arménien) et les Nouvelles du Conte (de Bourdeaux), la journée de rencontres du vendredi 18 octobre 2019, sur le thème des mouvements migratoires de l’Italie vers la France,

Après quelques questions et échanges le rapport d’activité est approuvé à l’unanimité

2 - Rapport financier

Le rapport financier est présenté sur écran, des diapositives donnant à l’assemblée les éléments essentiels des comptes de l’exercice 2019 (Compte de résultat de l’exercice 2019 et Bilan au 31 décembre 2019)

Les recettes de 2019 sont stables (+109€) par rapport à celles de l’année 2018 (16 993€ en 2019 contre 16 884€ en 2018).
Les ventes d’ouvrages ont diminué de 2 037€, soit une baisse de 29%. Les ouvrages édités en 2019 se sont bien vendus, mais les ouvrages des années antérieures se sont moins bien vendus qu’en 2018.
La prestation de 2 200€ correspond à la participation du GHPP (Hôpital de Montélimar) à l’exposition réalisée pour les 150 ans de l’hôpital de Dieulefit.
Le montant des subventions est identique à celui de l’année dernière (8 000€), soit 5 000€ de la Région, 1 800€ de la commune de Dieulefit et 1 200€ de la communauté de communes de Dieulefit-Bourdeaux.
Les cotisations et dons sont stables (-15€) comme le nombre d’adhérents (115 en 2019).
Les produits financiers du compte sur livret s’élèvent à 40€ en 2019 contre 79€ en 2018.

Les dépenses de 2019 sont en diminution de 2 667€, soit une baisse de 14% par rapport à celles de 2018 (16 710€ en 2019 contre 19 377€ en 2018)
Le montant des achats a diminué de 4 958€, soit 38% (7 972€ en 2019 contre 12 931€ en 2018), du fait de l’absence d’achats de services en 2019 (-1 900€) et de la baisse d’achats de matériel d’exposition (-2 533€), et de la diminution du coût des livres stockés (-525€).
Les services extérieurs ont augmenté de 542€, soit 73% (1 287€ en 2019 contre 745€ en 2018), du fait de l’assurance spéciale payée pour l’exposition V.F Bourgeois.
Les autres services extérieurs augmentent de 1 547€, soit 33% (6 174€ en 2019 contre 4 627€ en 2018) comprenant une augmentation des frais de communication pour 847€ du fait du financement d’une actions supplémentaire en 2020 par rapport à 2019, et une augmentation des frais de déplacements des intervenants pour 936€ pour la même raison.
Les droits sur les films ont augmenté de 202€, soit 19% (1 277€ en 2019 contre 1 075€ en 2018)

Compte-tenu de ces éléments l’exercice 2019 se solde par un résultat bénéficiaire de 282.37€, contre une perte de 2 493.45€ en 2018. Le résultat de l’exercice 2019 est peu éloigné de la perte prévisionnelle de 30€ présentée lors de la précédente assemblée.

Le montant total des postes du bilan s’élève à 18 198€ fin 2019 contre 17 186€ fin 2018, soit une diminution de 1 012€, représentant 6% du total de l’actif de 2018.
Au 31 décembre 2019 le stock de livres s’élève à 6 794€ contre 3 484€ un an plus tôt, augmente de 3 310€ et représente pratiquement le double du niveau de l’année précédente. Le stock est composé de cinq ouvrages, trois ouvrages édités en 2019 (A Dieulefit, nul n’est étranger, le catalogue de l’exposition Bourgeois, le livret de l’exposition Hôpital) et deux ouvrages des années précédentes (L’album de Beauvallon et le livret sur l’industrie textile) représentant un volume de 940 exemplaires fin 2019 contre 378 exemplaires fin 2018.
La subvention à recevoir de la Région s’établit à 5 000€ fin 2019 comme à la fin de 2018.
Les comptes de trésorerie ont diminué de 2 298€, 6 404€ fin 2019 contre 8 702€ fin 2018, principalement du fait de l’augmentation de la valeur du stock.

Au passif, la situation nette des capitaux propres s’élève à 16 691€ fin 2019 contre 16 408€ fin 2018 et augmente du montant du résultat bénéficiaire de 2019 de 282.37€.
Les charge à payer s’élèvent à 528€ fin 2019 et correspondent à trois factures reçues sur 2020, et les produits constatés d’avance d’un montant de 980€, en hausse de 202€ par rapport à l’exercice précédent correspondent aux cotisations 2020 encaissés lors du festival.

Nous avons estimé le temps passé sur un an par les bénévoles de PMH à un peu moins de deux personnes employées à plein temps (1.75), ce qui représenterait un coût, charges sociales incluses de 74 900€ sur la base du salaire médian brut mensuel de 2 400€ en 2015.

Les documents comptables et financiers ont été consultables durant la réunion et seront remis à toute personne ou organisation qui en fera la demande auprès du président ou de la trésorière. Le bilan et le compte de résultat sont présentés dans l’Annexe au présent procès-verbal.
Après quelques questions et échanges, le rapport financier et le quitus financier sont votés à l’unanimité.

3 - Renouvellement partiel du CA.

Les mandats de Madame Isabelle Cassard et de Monsieur François Nelson arrivent à expiration et doivent être renouvelés. Tous ces administrateurs sollicitent le renouvellement de leur mandat.

À l’unanimité, les deux administrateurs sont réélus au CA.

Procès-verbal de la réunion du nouveau CA (à la Halle le 25 janvier 2020)

Pendant une courte pause, le nouveau CA se réunit et désigne, à l’unanimité :
M. François Nelson, à la fonction de président ;
Mme Isabelle Cassard, à la fonction de trésorière ;
Mme Françoise Barnier, en charge des relations extérieures ;
Mme Nadia Nelson, en charge de la communication ;
Bernard Delpal, secrétaire et conseiller historique.

En outre, le CA décide d’attribuer les signatures des comptes, chéquiers, virements, opérations financières de PMH, à François Nelson son président et Isabelle Cassard sa trésorière.
Les courriers relatifs aux opérations financières de l’association seront envoyés au domicile de Madame Isabelle Cassard, trésorière

4 - Projets 2020

Sous le titre générique : « Le Pays de Dieulefit : mémoire et histoire du XXe siècle- étape 2020 », dans une formulation identique aux années précédentes, le Conseil d’Administration du 03 décembre 2019 a adopté les sept projets suivants pour 2020.

Projet Régional Enfants Réfugiés, hier et aujourd’hui
Coordonné par trois structures mémorielles de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à savoir l’Association Patrimoine Mémoire Histoire du pays de Dieulefit (Drôme), la Maison d’Izieu, Mémorial des enfants juifs exterminés (Ain) et le Lieu de Mémoire au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), il vise à faire réfléchir les élèves sur les migrations d’aujourd’hui au regard de ce qui s’est passé hier. Voir son site : https://www.enfances-refugiees.org
Pour cette quatrième édition, quatre établissements sont concernés par le projet, le lycée professionnel Auguste-Aymard à Espaly-Saint-Marcel, le collège Aimé-Césaire de Vaulx-en-Velin, le collège Claude-Debussy à Romans-sur-Isère, et le collège Europa à Montélimar, regroupant environ 125 élèves répartis en six classes, dont deux classes UPE2A (élèves non francophones).
Les soixante-dix élèves des établissements de Montélimar et Romans vont visiter l’école de Beauvallon le 4 février 2020, seront répartis en trois groupes et participeront à trois ateliers (Histoire de l’école au travers d’une exposition, présentation d’un film sur l’école et visite du site).
La journée collective de restitution des travaux des différents collèges aura lieu le mardi 19 mai 2020 au Chambon-sur-Lignon de 10h à 16h et comprendra la visite du Lieu de Mémoire du Chambon, la présentation d’Izieu, et de Beauvallon, un parcours pédagogique et la restitution des travaux des élèves.
Le thème général pour la restitution des travaux étant l’oralité, nous aurons probablement le soutien de la radio locale RadioLà.

Brochure Mémorial
Le matériel collecté à ce jour devrait permettre d’éditer un livret d’une quarantaine de pages en format A5, décrivant la vie de l’artiste Ivan Theimer, son œuvre, la symbolique du mémorial et l’histoire de ce monument.

Exposition Céramique
Notre association souhaite à travers ce projet retracer l’histoire et le rôle de cette activité dans notre pays, recenser son patrimoine et conserver sa mémoire. Ce projet va nécessiter beaucoup de travail de la part des bénévoles de PMH, la mobilisation de nombreux partenaires - la DRAC, la Commission Régionale du Patrimoine et de l’Architecture, le Département (Conservation du Patrimoine, Archives départementales de la Drôme), la Maison de la Céramique du Pays de Dieulefit – afin de pouvoir bénéficier de l’aide de personnalités scientifiques.
Ce projet devrait déboucher sur une exposition qui devrait avoir lieu au plus tôt au cours de l’été 2021.

Collège de la Roseraie
L’objectif est de reconstituer les 24 panneaux qui avaient été présentés au cours de l’été 2010, ainsi que de rééditer le livret réalisé à cette époque pour permettre l’ouverture du site de cet école lors des journées Européennes du Patrimoine des années à venir.

Sixième festival du film de Dieulefit
Celui-ci se tiendra les 6, 7 et 8 novembre 2020 à La Halle et le sujet de cette année sera Religion et Société au XXIe siècle. On aurait pu penser que les religions et les faits religieux appartiennent au « Vieux monde », mais le religieux est bien là. Les trois jours seraient consacrés :
-La conversion
Comme on vient de le remarquer depuis les attentats de 2015 à Paris, le fait religieux est apparu à travers le phénomène de la conversion, soit individuelle, soit collective.
Pourquoi les religions ont-elles besoin de convertir ? Qui sont les convertis ? Quels sont les effets sociaux, politiques, esthétiques, individuels de la conversion (mot-à-mot : retournement, changement de direction)
- La tolérance 
Le phénomène de la conversion ne tarde pas à poser la question du non-converti, du « mécréant », de celui qui ne se convertit pas ; ou bien encore, de l’ancien converti, qui revient sur ses pas, qui est « renégat » ou « apostat ». Qui peut changer de religion ou déclarer n’en avoir aucune ? Dès le XVIe siècle s’est posé en Europe le problème de l’incroyance. Est-elle concevable ? Faut-il la tolérer ? Des Lumières à nos jours, la question ne cesse de se poser.
-La sécularisation
Un glissement s’est opéré depuis les valeurs du religieux vers des pratiques qui ne se réclament pas du religieux, ni d’une confession. Ce glissement est interprété par certains comme une disparition du religieux. Sans se risquer dans cette direction, il est intéressant de voir à l’œuvre la sécularisation, par exemple dans le développement de l’humanitaire et la prolifération des ONG. Du Dr Albert Schweitzer à Rony Brauman (fondateur de MSF), le parcours observable nous renseigne-t-il sur la sécularisation et ses conséquences dans le monde globalisé ?

Voix d’Exils
PMH participera dans la mesure des disponibilités de chacun à la dernière année du cycle de trois ans des Voix d’Exils.

Site Internet
Afin de pérenniser le site de PMH, il est indispensable de trouver un Webmaster pour notre site WordPress.

Les projets ne peuvent être réalisés que par des équipes intégrant tous les bénévoles de PMH qui sont intéressés et par un responsable de projet. Si vous souhaitez y participer, voici les noms des responsables de projet :
Projet Régional Enfants Réfugiés, hier et aujourd’hui, Nadine Soubeyran
Brochure Mémorial, Philippe Bentley
Exposition Céramique, Marie-Claude Jeune
Ecole de la Roseraie, François Nelson
Sixième festival du film de Dieulefit, Nadia Nelson
Voix d’Exils, Bernard Delpal

Après discussion avec l’assemblée les projets pour 2020 sont approuvés à l’unanimité

6 - Budget 2020

Le budget 2020 qui est présenté et discuté avec les adhérents a été établi sur la base des projets de l’année à venir, comprend la présentation du compte de résultat 2020, de l’analyse des charges et produits par projets et le bilan au 31 décembre 2020.

Les recettes de 2020 sont en diminution de 2 409€, soit une baisse de 13% par rapport à celles de l’année 2019 (14 584€ en 2020 contre 16 993€ en 2019).
Les ventes d’ouvrages diminuent de 1 636€, soit une baisse de 33%. Nous prévoyons la vente des 360 livrets édités en 2020 à un prix de 4€ et 170 ouvrages des années antérieures à un prix moyen de 11€ contre 334 ouvrages vendues en 2019 à un prix moyen de 14€.
Aucune prestation de service n’est prévue en 2020, contrairement à celle réalisée en 2019 pour le GHPP.
Le montant des subventions augmente de 1 800€ dont un montant de 1 500€ demandé au département et une hausse de 300€ de la subvention demandée à la CCDB.
Les cotisations et dons sont stables (-132€).
Les produits financiers du compte sur livret s’élèvent à 50€ en 2020 contre 40€ en 2019.

Les dépenses de 2020 sont en diminution de 2 019€, soit une baisse de 12% par rapport à celles de 2018 (14 691€ en 2020 contre 16 710€ en 2019)
Le montant des achats est en très légère hausse de +275€, (8 247€ en 2020 contre 7 972€ en 2019), du fait de la diminution des frais d’impression pour les expositions (-638€) compensant l’augmentation du prix de revient des livres vendus (+391€).
Les services extérieurs enregistrent une augmentation de +163€ (1 450€ en 2020 contre 1 287€ en 2019), la baisse des charges d’assurance, liée à l’exposition V.F Bourgeois (-493€) ne compensant pas totalement l’augmentation des dépenses prévues pour la maintenance du site internet.
Les autres services extérieurs enregistrent une diminution de 2 620€ €, soit 42% (3 554€ en 2020 contre 6174€ en 2019) du fait de la baisse des frais de communication pour 2 434€ liée à la diminution des actions nécessitant une communication.
Les droits sur les films augmentent de 163€, soit 13% (1 440€ en 2020 contre 1 277€ en 2019)

Compte-tenu de ces éléments l’exercice 2020 se solde par un résultat bénéficiaire de 143.70€, contre un profit de 282.37€ en 2019.

Le total des postes du bilan s’élève à 17 684€ fin 2020 contre 18 198€ fin 2019, soit une diminution de 514€, représentant 3% du total de l’actif de 2019.
Au 31 décembre 2020 le stock de livres s’élève à 5 524€ contre 6 794€ un an plus tôt, diminue de 1 270€ et de 170 exemplaires du fait de la vente des ouvrages sur 2020.
La subvention à recevoir de la Région s’établit à 5 000€ fin 2020 comme à la fin de 2019.
Les comptes de trésorerie augmentent de 756€, 7 160€ fin 2019 contre 6 404€ fin 2019.
Au passif, la situation nette des capitaux propres s’élève à 16 834€ fin 2020 contre 16 691€ fin 2019 et augmente du montant du résultat bénéficiaire de 2020 de 143.70€.
Aucune charge à payer n’est prévue fin 2020, contre un montant de 528€ fin 2019, et les produits constatés d’avance d’un montant de 850€, en légère diminution de 130€ par rapport à l’exercice précédent correspondent aux cotisations 2021 encaissés lors du festival de 2020.

Le compte de résultat et le bilan du budget 2020 sont approuvés à l’unanimité. Il n'y a pas de question et la séance est levée.

%d blogueurs aiment cette page :